Results

IOM - International Organization for Migration

07/30/2021 | News release | Archived content

L'OIM s’active pour aider les réfugiés tandis que les pluies de mousson meurtrières font des ravages au Bangladesh

Cox's Bazar - L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré aujourd'hui qu'une grande partie des 13 000 réfugiés rohingyas contraints de quitter de leurs camps en raison des inondations à Cox's Bazar, qui ont fait au moins six morts, retournaient dans leurs abris pour sauver leurs biens après une accalmie, mais le risque de nouvelles victimes reste élevé.

Selon l'OIM, plus de 21 000 réfugiés avaient été touchés et près de 4 000 abris avaient été détruits. Les centres de distribution de nourriture, les installations sanitaires et les points d'eau ont été endommagés pendant trois jours de pluie ininterrompue.

Les six morts confirmés ont été tués dans des glissements de terrain ou se sont noyés dans deux camps gérés par l'OIM. Les responsables craignent que d'autres inondations et glissements de terrain ne permettent pas d'atteindre d'autres personnes parmi les 884 000 réfugiés rohingyas que compte le pays.

L'accès aux camps est dangereux car des glissements de terrain constants bloquent les routes principales qui y mènent, et les principales routes empruntées par les réfugiés et les acteurs humanitaires sont submergées.

Jusqu'à 2 000 personnes ont été évacuées des zones sujettes aux glissements de terrain dans l'upazila (sous-district) de Teknaf.

« De fortes précipitations sont attendues au cours des prochains jours et les difficultés devraient s'accroître », a déclaré Manuel Marques Pereira, chef de mission adjoint de l'OIM au Bangladesh.

« Depuis ces derniers mois, l'OIM évalue le risque de glissement de terrain, renforce les réseaux d'égouts, installe des dispositifs de protection des pentes et améliore les voies d'accès clés. Cependant, malgré la mise en œuvre de multiples mesures de réduction des risques de catastrophe, la surpopulation des camps, les pluies excessives et la mauvaise qualité du sol font qu'il est extrêmement difficile de faire face aux intempéries », a déclaré M. Pereira.

Une centaine de volontaires rohingyas de l'Unité de gestion des catastrophes (DMU) formés dans chaque camp, travaillent 24 heures sur 24 et se concentrent sur l'aide aux plus vulnérables, notamment aux personnes âgées et aux femmes enceintes. Les équipes de l'OIM évaluent les dégâts et travaillent en étroite collaboration avec les différents secteurs pour orienter les personnes touchées vers l'aide appropriée. Des équipes médicales mobiles ont été déployées et l'unité de réponse d'urgence de protection a été activée.

Le personnel sur le terrain nettoie les tuyaux d'égouts, répare les dégâts et distribue des kits d'abris d'urgence, des articles de secours de base et des tablettes de purification pour prévenir les maladies transmises par l'eau.

L'OIM a envoyé des volontaires du Programme de préparation aux cyclones pour aider de toute urgence les membres des communautés d'accueil.

Les familles se sont réfugiées dans six abris anticycloniques polyvalents différents où elles reçoivent actuellement des articles de secours, une protection et une aide médicale. Depuis 2019, l'OIM soutient la réhabilitation des abris anticycloniques polyvalents afin que les membres de la communauté puissent s'abriter en cas de catastrophe.

L'urgence actuelle liée aux inondations amplifie encore davantage les besoins humanitaires massifs des réfugiés rohingyas au Bangladesh. Près de quatre ans après le dernier afflux de réfugiés rohingyas arrivés au Bangladesh en provenance du Myanmar voisin, l'OIM compte sur ses partenaires pour continuer à soutenir la réponse.

Un soutien supplémentaire est nécessaire pour permettre aux équipes de continuer à aider les personnes touchées, ainsi que le reste des réfugiés résidant actuellement dans les camps. Comme toujours, l'OIM plaide pour la poursuite d'une aide humanitaire globale pour les réfugiés dans tous les camps.

Téléchargez l'appel de l'OIM Bangladesh 2021 ici.

Visionnez la vidéo sur la réponse à la mousson ici.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

A Cox's Bazar : Monica Chiriac, Tel : +880 18 8009 4048, Email : [email protected]

À Bangkok : Itayi Viriri, Tel : +66 65 939 0934, Email : [email protected]

A Genève : Paul Dillon, Tél : +41 79 636 9874, Email : [email protected]