UN - United Nations

08/13/2019 | Press release | Distributed by Public on 08/13/2019 17:04

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 aout 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n'est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l'ONU:

Conseil de sécurité

Le Secrétaire général adjoint aux affaires juridiques et Conseiller juridique des Nations Unies, M. Miguel de Serpa Soares, a participé, ce matin, à une réunion du Conseil de sécurité sur la promotion du droit international humanitaire, qui était organisée à l'occasion du soixante-dixième anniversaire des Conventions de Genève.

Adoptées le 12 août 1949, ces Conventions garantissent la protection des groupes vulnérables en temps de conflit, notamment les blessés, malades, prisonniers de guerre et civils, y compris ceux vivant sous occupation.

Cette année marque également le vingtième anniversaire de l'inclusion de la protection des civils à l'ordre du jour du Conseil, à la suite de l'adoption de sa résolution 1265 (1999). Dans ce premier texte sur la protection des civils, les membres du Conseil exprimaient leur profonde préoccupation face à l'érosion du respect du droit international humanitaire en temps de conflit.

Yémen

Depuis l'escalade de la violence à Aden, le 7 août dernier, l'ONU s'est attachée à rester sur place et à mettre en œuvre des programmes essentiels pour sauver des vies dans les environs comme dans les provinces voisins.

À l'heure actuelle, 34 organisations humanitaires opèrent à Aden, où elles fournissent en moyenne une aide alimentaire à 1,9 million de personnes et un accès à l'eau salubre à plus de 1,6 million de personnes chaque mois.

L'ONU compte actuellement plus de 300 personnels nationaux et internationaux déployés à Aden. Comme dans tous les lieux d'affectation de l'ONU catégorisés « famille non autorisée », le personnel international fait des rotations régulières pour effectuer de brèves pauses. Un certain nombre de membres du personnel sont notamment partis en bateau, dimanche 11 août. Nombre d'entre eux qui avaient prévu de passer la fête de l'Aïd avec leur famille n'ont pas été en mesure de le faire, en raison de la fermeture de l'aéroport.

Du personnel international supplémentaire devrait être déployé dans les prochains jours à Aden, où les cycles de rotation se poursuivront. Les programmes humanitaires ne sont pas affectés par ce processus.

Le port d'Aden, l'une des principales voix de passage des marchandises commerciales et humanitaires au Yémen, reste opérationnel. L'aéroport a également rouvert ses portes et les routes dans Aden sont globalement praticables.

Les agents humanitaires réagissent à la récente montée de violence à Aden. Ils se rendent dans les centres de santé afin d'évaluer les besoins, ainsi que dans les quartiers pour identifier les risques liés aux munitions non explosées. Les agents humanitaires disposent également de 2 000 trousses d'intervention rapide en attente. Ces trousses fournissent des denrées alimentaires de base et des produits d'hygiène en cas d'urgence. Les programmes humanitaires réguliers se poursuivent également.

L'ONU appelle toutes les parties à maintenir le cessez-le-feu qui prévaut à Aden et à résoudre leurs différends par la voix du dialogue.

Libye

Dans une déclaration publiée samedi 10 août, le Secrétaire général a condamné dans les termes les plus énergiques l'attentat à la voiture piégée commis à Benghazi, en Libye. Trois membres du personnel des Nations Unies ont été tués dans l'explosion et deux autres ont été blessés.

Le Secrétaire général a présenté ses plus sincères condoléances aux familles endeuillées et a souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés. Il a appelé les autorités libyennes à ne ménager aucun effort pour identifier et traduire rapidement en justice les auteurs de cet attentat.

Mousson Myanmar/Bangladesh

Au Myanmar, les pluies de la mousson ont déplacé près de 100 000 personnes, dont plus de 34 000 dans le seul État de Môn, a indiqué le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Un glissement de terrain dans la municipalité de Paung, État de Môn, vendredi dernier, a notamment entraîné la mort d'au moins 65 personnes.

Le Gouvernement du Myanmar mène la riposte avec l'appui des communautés locales, de la Croix-Rouge du Myanmar, d'organisations de la société civile et de partenaires humanitaires.

Les agences des Nations Unies fournissent un appui initial dans des domaines critiques tels que l'eau, la santé et les denrées alimentaires d'urgence, et restent prêtes à fournir une assistance supplémentaire en cas de besoin.

Au Bangladesh, 28 provinces du pays sont toujours touchées par les fortes pluies de la mousson, qui ont endommagé considérablement les infrastructures de transport. Plus de 260 000 personnes sont actuellement déplacées dans le pays, dont 57 400 enfants en âge d'aller à l'école.

Les Nations Unies et les organisations humanitaires s'emploient à soutenir les efforts de réponse du Gouvernement.

Chine

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a annoncé que le 10 août, le cyclone tropical Lekima avait touché terre dans la ville chinoise de Wenling, dans la province du Zhejiang, et le lendemain, sur la côte de Qingdao, dans la province du Shandong dans l'est du pays. Des décès et des dégâts matériels ont été signalés dans huit provinces et dans la ville de Shanghai, le Zhejiang et le Shandong étant les provinces les plus touchées.

Au 12 août, le bilan fait état de 45 décès et 21 personnes portées disparues. Près de neuf millions de personnes ont été touchées et 1,7 million de personnes ont été relocalisées.

Le Gouvernement chinois a mobilisé des efforts de recherche et de sauvetage et continue de se préparer aux situations d'urgence potentielles après le passage du typhon, telles que les inondations et les glissements de terrain. L'ONU est prête à apporter son soutien si une telle demande était faite.

HCR

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exhorté aujourd'hui l'Europe à permettre à 507 personnes secourues en Méditerranée centrale de pouvoir débarquer immédiatement.

Le HCR a déclaré que ces gens ont besoin d'une assistance humanitaire et certains ont déjà exprimé leur intention de demander la protection internationale.

Nombre de ces personnes seraient des survivants de violations effroyables en Libye et proviendraient de pays d'où partent des réfugiés. Un total de 151 personnes demeure à bord du bateau « Open Arms », tandis que 356 autres personnes ont été sauvées ces derniers jours par « Ocean Viking ». Un port de sécurité devrait être immédiatement être mis à leur disposition, et la responsabilité de les accueillir après leur débarquement devrait être partagée entre les États, a indiqué le HCR.

Mali

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a indiqué qu'il y avait eu une forte augmentation des violations graves contre les enfants en 2019 au Mali, en particulier des meurtres et des mutilations.

Les données préliminaires enregistrées par les Nations Unies montrent que plus de 150 enfants ont été tués dans des violences liées au conflit au premier semestre de 2019, contre un total de 77 pour l'année 2018.

Soixante-quinze enfants ont été blessées lors d'attaques violentes, contre 24 au cours de la même période l'an dernier. Parmi les blessures, on compte des blessures par balle, des brûlures et des fractures.

Selon l'UNICEF, le recrutement et l'utilisation d'enfants dans les groupes armés a doublé, avec 99 cas en 2019 contre 47 pour la même période en 2018.

L'UNICEF indique que ces chiffres illustrent l'impact de l'insécurité persistante dans le nord du pays et de la détérioration dramatique de la situation sécuritaire au centre, ainsi que dans les zones frontalières avec le Niger et le Burkina Faso.

Des informations supplémentaires sont disponibles en ligne.

Rougeole

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que les épidémies de rougeole continuent de se propager rapidement dans le monde entier, et des millions de personnes sont à risque.

Au cours des six premiers mois de 2019, le nombre de cas de rougeole signalés a été le plus élevé depuis 2016. Les épidémies ont mis à rude épreuve les systèmes de santé et ont entraîné des maladies graves, des incapacités et des décès.

Il y a eu trois fois plus de cas signalés jusqu'à présent en 2019 par rapport à la même période l'année dernière.

La République démocratique du Congo (RDC), Madagascar et l'Ukraine ont signalé le plus grand nombre de cas cette année. Cependant, les cas à Madagascar ont considérablement diminué à la suite de campagnes nationales de vaccination d'urgence.

Des épidémies majeures sont en cours en Angola, au Cameroun, au Tchad, au Kazakhstan, au Nigéria, aux Philippines, au Soudan du Sud, au Soudan et en Thaïlande. Les États-Unis ont signalé leur plus grand nombre de cas de rougeole en 25 ans.

Selon l'OMS, les épidémies les plus importantes se produisent dans les pays à couverture vaccinale antirougeoleuse faible, actuellement ou dans le passé, et qui ont laissé un grand nombre de personnes vulnérables à la maladie.

Dans le même temps, des épidémies prolongées se produisent même dans les pays où les taux de vaccination nationaux sont élevés. Cela est dû à des inégalités dans la couverture vaccinale, ainsi que de lacunes et de disparités entre les communautés, les zones géographiques et les groupes d'âge. Lorsque suffisamment de personnes non immunisées sont exposées à la rougeole, celle-ci peut se propager très rapidement.

L'OMS demande instamment à tous de veiller à ce que leur vaccination contre la rougeole soit à jour, c'est-à-dire deux doses nécessaires pour se protéger contre la maladie, et de vérifier leur statut vaccinal avant leur voyage.

Ebola

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé aujourd'hui que les patients infectés par le virus Ebola recevraient désormais l'un des deux nouveaux médicaments, à savoir le REGN-EB3 et le mAb114.

L'analyse des essais cliniques impliquant 681 patients atteints du virus Ebola, entre le 21 novembre 2018 et le 9 août 2019, mené par un comité indépendant de contrôle de la sécurité des données, a laissé voir que les deux nouveaux médicaments affichaient des taux de survie supérieurs. L'OMS a déclaré qu'il s'agissait « d'une excellente nouvelle qui permettrait aux experts de trouver un traitement efficace contre Ebola ».

Toutefois, l'OMS a souligné que le seul moyen de mettre fin à l'épidémie consistait à mettre en place une surveillance efficace, des mesures efficaces de prévention et de contrôle des infections, un engagement communautaire accru, et une excellente couverture vaccinale. En d'autres termes, le facteur humain est crucial. L'agence a ajouté qu'il y avait eu 2 831 cas jusqu'à présent, dont 1 891 décès, 826 survivants et 100 patients qui sont sous traitement. En outre, quelque 191 000 personnes ont été vaccinées.

Contributions

Aujourd'hui, le Népal a payé sa contribution au budget ordinaire. Jusqu'à présent, 110 États Membres ont payé la totalité de leur dû pour 2019.