UNIA - Die Gewerkschaft

10/21/2019 | Press release | Distributed by Public on 10/21/2019 09:22

Signal d’alarme pour l’égalité salariale: Stop au travail gratuit et à la précarité

Tout au long de l'année, les femmes accomplissent une grande partie du travail non rémunéré de soins aux proches. Mais à partir du 21 octobre, elles travaillent gratuitement également en tant qu'employées du point de vue statistique, car elles gagnent près de 20% de moins que les hommes. Unia l'a souligné aujourd'hui à travers diverses actions dans différentes villes. Unia demande des salaires plus élevés pour les femmes en général et plus spécialement dans la « branche féminine » du commerce de détail.

Les femmes sont discriminées à plusieurs titres : elles accomplissent une grande partie du travail non rémunéré de prise en charge de proches (travail de care) et gagnent, quand elles sont employées, en moyenne 20% de moins que les hommes. Reporté sur une année entière, cela signifie qu'en comparaison des hommes, les femmes ne gagnent rien durant 71,5 jours, à partir du 21 octobre 2019, à 11h03 précisément. Cette situation doit enfin cesser: les femmes veulent plus!

«Branche féminine» du commerce de détail = branche à bas salaire

De nombreuses villes, de Saint-Gall à Zurich et Lugano en passant par Coire et Lucerne, ont été aujourd'hui le théâtre d'actions féministes, avec un « signal d'alarme » pour exiger la fin du travail gratuit. Unia a sillonné la ville de Bâle avec un sac à commissions géant, faisant halte devant différents magasins du commerce de détail pour attirer l'attention sur l'inégalité salariale et appeler les employeurs à agir. Car c'est dans cette branche précisément que les salaires sont plus bas comparés au reste de l'économie. Le pouvoir d'achat du personnel stagne, le plus souvent au détriment des femmes qui sont majoritairement employées dans la branche.

Dans le commerce de détail - en particulier parmi les leaders de la branche - Unia exige une augmentation des salaires (afin que l'expérience et la charge de travail soient reconnues et rémunérées) et l'abolition de l'inégalité salariale flagrante entre les sexes!