Results

Canadian Curling Association

08/21/2019 | News release | Distributed by Public on 08/21/2019 08:49

Un partenariat local fait vibrer le Mayflower Curling Club

Quand Matthew Paul a été nommé Directeur du marketing pour le Mayflower Curling Club, son premier objectif a été de trouver des façons d'attirer de nouveaux membres, des membres qui pourraient insuffler un vent de jeunesse au club de curling bien établi à Halifax.

Il a trouvé la réponse dans la… bière. Oui, la bière. Un partenariat avec une entreprise locale a contribué à implanter l'ambiance amicale au niveau social et au niveau du curling dont le Mayflower avait besoin pour créer quelque chose d'unique, d'accueillant et de profitable.

Paul raconte lui-même comment il a procédé :

[Attachment]

Matt Paul: «Voici la raison du succès de nos vendredis et de nos dimanches et, franchement, de celui de notre Bluenose Bonspiel à la fin de l'année. Pete est un musicien accompli, capable de jouer de plusieurs instruments; il a fait partie de plusieurs groupes à Halifax. Il enseigne gratuitement tout en s'occupant du bar.» (Photo courtoise du Mayflower Curling Club)

Comment ce projet a-t-il commencé?

Je travaillais déjà pour le club pour récolter des subventions; quand le conseil d'administration a décidé de créer un poste de Directeur du marketing, j'ai décidé de tenter ma chance. Une fois embauché, j'ai étudié à fond les données financières et démographique de nos membres.

Certains faits étaient tout de suite évidents, le plus inquiétant étant que seulement 28 pour cent de nos membres avaient entre 20 et 50 ans. Peu importe l'entreprise, ça n'est pas bon signe. Et, par conséquent, les revenus du bar étaient assez bas, comme on pouvait s'y attendre.

Un heureux hasard!

La première étape était donc de discuter avec le coordonnateur de notre programme Apprendre le curling, Pete Ross. Nous avions convenu de nous rencontrer dans un pub local mais, par chance, c'était achalandé et bruyant, de sorte que nous sommes partis pour aller plutôt dans un endroit qu'il connaissait, le Good Robot.

L'ambiance détendue vous séduit aussitôt. Nous étions en été, et les gens étaient à l'extérieur, sur la terrasse, avec leurs chiens, ce que le propriétaire encourage. Une fois installés, ça nous a pris un peu de temps à être servis parce que le personnel à l'attente connaissait tout le monde, et parlait à tout le monde. Tout le monde riait, tous des gens de 25 à 45 ans. J'ai blagué avec Peter que j'aimerais bien transporter tous ces gens dans son programme Apprendre le curling; il m'a rappelé que Good Robot organise une compétition d'une demi-journée au Mayflower à chaque année.

De la parole aux actes

Quelques jours après cette rencontre avec Pete, j'ai décidé d'y retourner pour observer un peu plus, et poser quelques questions. C'est une brasserie artisanale et bar. J'ai visité les lieux, en plus de rencontrer leur personnel. En partant, je leur ai laissé mes coordonnées, en demandant une rencontre.

Nous nous sommes rencontrés rapidement. Ils prévoyaient de déplacer leur bonspiel dans un autre club, parce qu'ils nous trouvaient trop chers. J'ai regardé leur site Web, pour constater qu'ils organisent beaucoup d'autres activités, comme du karaoke, des balados, du curling, des jeux de plateau et des spectacles. Tout ça pour promouvoir la culture.

Je leur ai expliqué que nous avions un grand trou dans notre horaire. Le samedi, le club fermait souvent à 14 h. Leur représentant a consulté ses documents et m'a montré leur liste d'activités pour 2018/2019. Ils se déplaçaient d'un endroit à l'autre en ville, parce que leur bar était trop petit. Bien sûr, le côté financier était attrayant, mais je m'intéressait surtout à leurs clients : des jeunes qui vivaient dans le voisinage, aimaient participer à des activités et aimaient prendre quelques bières. Pendant des années, les clubs de curling ont ciblé les autres équipes sportives, ou des personnes qui pratiquaient d'autres sports; ce faisant, nous avons peut-être négligé ceux qui ne pratiquent aucun sport sérieusement, mais qui aiment juste être actifs, sociaux et amicaux.

Les détails du partenariat

Après plusieurs rencontres, nous avons élaboré un horaire d'activités. Pour l'argent, c'est simple : on partage 50/50. Au début, Mayflower allait garder 100 pour cent des revenus du bar, et ils pouvaient garder les frais d'inscription. Nous allions aussi vendre leurs produits - sans exclusivité - lors de leurs activités.

On ne chargeait rien pour la location de la salle de réception, ni pour les glaces. Nous avons fait passer leur compétition d'une demi-journée à trois jours, avec le meilleur nom jamais vu pour un bonspiel : le Tournoi des cœurs brisés. Good Robot serait responsable à 100 pour cent de l'organisation, de la promotion et du travail pour attirer des clients au club. Ils s'occuperaient aussi de la sécurité, du personnel (sauf au bar) et du montage et démontage.

[Attachment]

Matt Paul : «Voici notre bar temporaire. Le système de refroidissement est bon marché, mais fonctionne très bien. On peut servir quatre marques de bière. Et surtout, ça permet de n'avoir que deux barmans au lieu de trois pour les gros événements. Même avec le club bondé à pleine capacité (environ 175), il y avait rarement une file d'attente. Le bar temporaire appartient à Good Robot, mais un bon coûte moins de 1000 $.»(Photo courtoise du Mayflower Curling Club)

Transformer un négatif en positif

Nous ne sommes même pas proches d'être complets. Le club fermait encore à 14 h pour certains samedis. Ça coûte une fortune pour promouvoir une entreprise. C'est tellement difficile de trouver des gens. Et voilà que nous avions accès à un auditoire captif, susceptible de s'inscrire à Apprendre le curling ou de devenir membres. Et, en date d'hier soir, nos profits de bar ont augmenté de 30 pour cent.

L'ensemble des activités de Good Robot au niveau curling, social et musical a généré des locations par la suite, et a grandement contribué à notre présence sur les médias sociaux. Par conséquent, nous avons de plus en plus de critiques sur Google.

Pour que tout ça fonctionne, il faut aussi profiter de la présence de ces gens dans le club pour faire du marketing. Cette stratégie devient un bon moyen de recrutement pour Apprendre le curling, sans avoir à mettre sur pied des campagnes de marketing coûteuses et pas nécessairement efficaces. Tout ça dans le but ultime de jouer un rôle dans la communauté.

Un partenariat local rentable

Grâce à Google Analytics, nous avons remarqué un hausse des demandes pour accéder au club avant une activité Good Robot. La grande majorité de ces demandes provenaient des codes postaux «B3x», le même que Mayflower.

L'argent que vous dépensez pour le marketing est bien plus efficace quand les résidents des alentours qui veulent passer du bon temps peuvent aller dans votre club.

-------

Vous cherchez des idées et des outils pour améliorer le marketing de votre club de curling dans votre communauté? CLIQUEZ ICI pour en apprendre davantage sur le programme de symposiums Le curling, nos affaires de Curling Canada.

[Attachment]

Matt Paul : «Voici les gagnants de la première compétition de curling Good Robot. Notez leur âge. Tous les participants avaient cet âge-là; en six heures, nous avons vendu pour 2000 $ au bar. Nous n'avons eu besoin que d'un seul barman, qui vendait quatre sortes de bière en fontaine. Soixante participants n'avaient jamais joué au curling auparavant, ou quelques fois seulement, ou avaient joué à l'école secondaire et revenaient pour la bière. Le système de recrutement parfait pour Apprendre le curling.» (Photo courtoise du Mayflower Curling Club)