UNESCO - United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization

07/18/2019 | News release | Distributed by Public on 07/18/2019 10:08

L'UNESCO lance une enquête SDG sur l'accès à l'information à l'ONU

L'UNESCO a publié son nouveau rapport sur l'état des garanties d'accès à l'information et sur les progrès réalisés par la communauté internationale en ce qui concerne leur mise en œuvre, a évalué ces questions au regard de l'Objectif de développement durable (ODD) 16, indicateur 10.2.

Lancé lors du Forum politique de haut niveau des Nations Unies sur le développement durable (FPHN) le 17 juillet 2019 à New York, le rapport couvre 43 * pays en développement engagés dans les examens nationaux volontaires de cette année aux Nations Unies.

Le document présente les principales conclusions et recommandations issues de l'exercice global de données mené par l'UNESCO au début de l'année en collaboration avec l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU) et le Centre pour le droit et la démocratie (CLD).

« Cet exercice a généré une mine d'informations à la fois sur le processus de collecte de données et sur l'état de mise en œuvre des lois sur le droit à l'information (RTI). Les résultats peuvent donc constituer une bonne base pour suivre l'évolution future », a déclaré Guy Berger, Directeur de la Division pour la liberté d'expression et le développement des médias de l'UNESCO.

Selon le rapport, les organes de surveillance de RTI sont présents dans les 26 pays dotés de lois sur la RTI qui sont décrites dans le rapport. La majorité de ces organes ont un pouvoir décisionnel contraignant pour imposer la divulgation d'informations lorsque cela est justifié.

La plupart des appels interjetés auprès de ces organes seraient résolus et ce dans un délai raisonnable. Dans le même temps, environ deux États sur trois disposent de rapports annuels transparents et mènent également des activités de sensibilisation. Cependant, le rapport suggère que les organismes de contrôle et les autorités publiques individuelles pourraient mieux faire pour appliquer les lois sur le droit à l'information.

« L'une des recommandations clés est que les gouvernements devraient associer ces organes de surveillance tels que les commissions d'information et les organes centraux de surveillance des objectifs de développement durable au niveau national. Cela contribuera à assurer la pérennité de l'ensemble du processus de suivi et de rapport pour cette cible des ODD », a déclaré Berger.

Selon le rapport, pour les pays étudiés qui ne disposent toujours pas de lois sur la RTI, il est important d'envisager de mettre en place des cadres juridiques sur l'accès à l'information dans le cadre de la réalisation de progrès sur les ODD durables et d'améliorer leur gestion des dossiers.

La recherche pour le rapport a utilisé les instruments de suivi et de notification de l'UNESCO, qui ont été élaborés en consultation avec les commissions d'information, la société civile, le monde universitaire et d'autres agences des Nations Unies. La collecte de données a également impliqué ces acteurs et d'autres partenaires locaux dans de nombreux pays étudiés.

Dans certains cas, les commissaires à l'information ont expliqué comment ils avaient utilisé les informations rassemblées pour identifier les faiblesses locales dans la mise en œuvre et pour améliorer leur travail afin de garantir l'accès à l'information.

« Cet exercice de collecte de données a prouvé le potentiel de la méthodologie de l'UNESCO en matière de collecte d'informations sur l'état de la mise en œuvre des lois sur le droit à l'information au niveau national. Avec quelques ajustements, la méthodologie constituera un moyen solide d'évaluer chaque année les progrès réalisés par les différents États membres de l'ONU dans la réalisation du Programme 2030 », a déclaré Berger.

Le rapport résume les tendances parmi les pays étudiés et les données sous-jacentes seront disponibles dans une base de données en ligne plus tard cette année.

En tant qu'organisme dépositaire de l'indicateur 16.10.2 des ODD, l'UNESCO dirige les travaux sur le suivi et la communication de l'accès à l'information via son Programme international pour le développement de la communication (PIDC) du Secteur de la communication et de l'information. Le travail du PIDC sur l'ODD 16 a été rendu possible grâce au généreux soutien de l'Agence suédoise de coopération pour le développement international (ASDI), de l'Allemagne et des Pays-Bas.

------------------------

* 43 pays couverts par le rapport: Algérie, Azerbaïdjan, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Burkina Faso, Cambodge, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Chili, Côte d'Ivoire, Congo (République du), Croatie, El Salvador , Erythrée, eSwatini, Fidji, Ghana, Guatemala, Guyana, Indonésie, Irak, Kazakhstan, Kenya, Lesotho, Mauritanie, Maurice, Mongolie, Nauru, Pakistan, Palaos, Philippines, Rwanda, Sainte-Lucie, Serbie, Sierra Leone, Afrique du Sud, Tanzanie, Timor-Leste, Tonga, Tunisie, Turquie et Turkménistan.