Results

IOC - International Olympic Commitee

12/07/2019 | Press release | Distributed by Public on 12/07/2019 09:09

Communiqué du 8e Sommet olympique

À l'invitation du Comité International Olympique (CIO), les principaux représentants du Mouvement olympique se sont réunis hier et aujourd'hui à Lausanne à l'occasion du 8e Sommet olympique. (Liste des participants ci-après)

Le Sommet olympique fait partie du processus permanent de consultation sur des sujets critiques d'importance pour l'avenir du Mouvement olympique.

Les principaux thèmes abordés ont été les suivants :

Soutien apporté aux athlètes

Le Sommet olympique a réaffirmé la priorité de placer les athlètes au cœur du Mouvement olympique.

C'est en application de ce principe que le CIO redistribue 90 % de ses revenus au Mouvement olympique. Pour la dernière Olympiade, ce sont ainsi 5 milliards de dollars américains (USD) qui ont été versés aux comités d'organisation des Jeux Olympiques, aux athlètes, aux délégations (des 206 Comités Nationaux Olympiques) et aux sports (aux Fédérations Internationales régissant ces sports).

La structure et le modèle financier du Mouvement olympique sont fondés sur la solidarité mondiale. Le Mouvement olympique diffère des organisations et des manifestations purement commerciales et il est important que cette différence soit expliquée aux athlètes et aux autorités publiques. Le Sommet olympique a reconnu la nécessité de communiquer plus clairement et de façon plus transparente sur le soutien apporté aux athlètes par le Mouvement olympique

À cet égard, il a été convenu que les Fédérations Internationales (FI) et les Comités Nationaux Olympiques (CNO) expliquent en toute transparence la façon dont ils soutiennent leurs athlètes, directement et indirectement. Les programmes de soutien concernent entre autres la lutte contre le dopage, l'assistance médicale, la prévention du harcèlement et des abus, le suivi de carrière et le mentorat.

Le CIO travaillera individuellement avec les FI, avec l'Association des fédérations internationales des sports olympiques d'été (ASOIF) et l'Association des fédérations internationales des sports olympiques d'hiver (AIOWF), ainsi qu'avec l'ACNO pour les CNO, dans le cadre d'un projet pilote qui sera lancé en 2020 avec certaines FI, avec l'optique de couvrir l'ensemble des organisations olympiques à compter de 2021.

Politisation grandissante du sport

Le Sommet a appelé les autorités publiques et les gouvernements à respecter la mission du Mouvement olympique, à savoir rassembler le monde par le sport à l'occasion de compétitions pacifiques.

À cet égard, les participants ont exprimé leurs vives préoccupations face à la politisation grandissante du sport. Quelques exemples : des gouvernements appellent les athlètes et les équipes à ne pas participer à des compétitions dans certains pays ; les appels au boycottage ; le refus de délivrer des visas à certains athlètes qui souhaitent participer à des compétitions internationales ; la réticence de certains organisateurs à hisser certains drapeaux nationaux et à interpréter certains hymnes ; ou encore l'ingérence répétée de certains gouvernements dans le fonctionnement régulier des organismes sportifs nationaux. Toutes ces interventions sont autant d'atteintes à la neutralité politique du sport.

La politisation croissante du sport empêche des manifestations telles que les Jeux Olympiques ou les championnats du monde d'accomplir leur mission.

Tous les participants ont réaffirmé leur détermination à convaincre les gouvernements de respecter la neutralité politique du Mouvement olympique, laquelle doit être rigoureusement préservée afin de garantir l'universalité des Jeux Olympiques et des compétitions internationales.

Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Le Sommet s'est félicité de l'avancement des préparatifs des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, les décrivant comme les Jeux Olympiques les mieux préparés à ce stade. Cette réussite se traduit également par l'intérêt extrêmement fort pour les Jeux, avec plus de 200 000 personnes qui se sont portées volontaires, plus de huit millions d'habitants du Japon qui se sont inscrits pour acheter des billets et un programme de marketing national record.

Le Sommet a par ailleurs souligné que les Jeux de Tokyo 2020 seront plus jeunes, plus urbains et plus féminins que toutes les précédentes éditions. La parité sera en effet atteinte, avec environ 49 % de femmes en lice.

L'une des plus grandes réformes jamais entreprises concernant le programme sportif - avec cinq nouveaux sports (le skateboard, le surf, l'escalade, le karaté et le baseball/softball) ainsi que de nouvelles disciplines plus urbaines et plus jeunes comme le basketball 3x3 - offrira un programme novateur, rapprochant toujours plus les Jeux des plus jeunes générations.

Le CIO ayant demandé une organisation durable des Jeux, cette édition est marquée par un solide plan en matière de durabilité baptisé 'Vers le zéro carbone', avec un objectif de Jeux complètement neutres en carbone et un vaste plan pour l'héritage.

Lutte contre le dopage

Après la présentation du président de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA), Sir Craig Reedie, au Sommet olympique, le Sommet a discuté de la prochaine réunion du comité exécutif de l'AMA. Pour cette discussion, le président du Comité Olympique Russe, Stanislav Pozdnyakov, n'était pas présent.

Les participants à la discussion ont fermement condamné les responsables de la manipulation des données du laboratoire de Moscou avant leur transfert à l'AMA en janvier 2019. Tous sont convenus qu'il s'agissait d'une attaque contre le sport et que ces actions devraient conduire à la prise de sanctions des plus sévères à l'encontre des responsables. Les participants ont indiqué que justice devait être rendue afin que les coupables puissent être punis comme il se doit et les innocents pleinement protégés.

Il a été demandé aux autorités russes de fournir les données brutes en lien avec cette affaire. Seule la transmission de données brutes parfaitement authentifiées garantira qu'enfin justice soit faite et permettra que les coupables soient dûment punis, tout en dissipant complètement l'ombre de la suspicion à l'égard de la nouvelle génération d'athlètes russes intègres.

Les participants à la discussion ont ratifié la déclaration du CIO du 26 novembre 2019.

Dans le même temps, le Sommet a précisé qu'il attendait avec intérêt des éclaircissements sur l'application proposée des sanctions.

Le Sommet a en outre salué la décision prise par le CIO de consacrer jusqu'à 10 millions d'USD supplémentaires à la lutte contre le dopage. Le CIO a lancé un programme mondial de conservation à long terme et de réanalyse, et ce également pour les échantillons prélevés lors des contrôles effectués avant les Jeux. Afin que cette démarche soit possible, le CIO finance actuellement les installations de stockage nécessaires pour les FI et les organisations nationales antidopage pour les dizaines de milliers d'échantillons prélevés lors des contrôles effectués avant les Jeux.

Le CIO a par ailleurs demandé à l'Agence de contrôles internationale (ACI) de recueillir durant les Jeux les échantillons appropriés à analyser par la nouvelle méthode de séquençage génétique. L'analyse sera effectuée dès que ces méthodes seront pleinement validées. Le Sommet s'est félicité du fait que le programme de contrôle mené avant les Jeux de Tokyo 2020 sera le programme le plus vaste jamais mis en place visant à optimiser à la fois la détection et la dissuasion.

Le CIO verse 2,5 millions d'USD supplémentaires au dernier programme de recherche en date, afin de mener à bien certains de ces projets, comme le nouveau séquençage génétique et les tâches de sang séché.

Le CIO propose également de renforcer les pouvoirs d'investigation de l'unité 'renseignement et enquêtes' de l'AMA. Les gouvernements ont été invités à se joindre au programme, pour lequel le CIO engagerait alors 2,5 millions d'USD supplémentaires pour la prochaine Olympiade.

Après une présentation de Valérie Fourneyron, présidente de l'ACI, le Sommet s'est félicité du fait que l'ACI, dont la création avait été soutenue par le Sommet olympique il y a quatre ans, travaille d'ores et déjà avec plus de 40 FI, et 11 FI ont transmis leurs sanctions à la chambre antidopage nouvellement créée du Tribunal Arbitral du Sport (TAS).

Étude sur l'avenir du sport mondial

Le Sommet s'est félicité des conclusions de l'étude 'L'avenir du sport mondial' présentée par Francesco Ricci Bitti, président de l'ASOIF. Le rapport traite de l'évolution du rôle des Fédérations Internationales (FI) et de ses conséquences en termes d'autorité et de gouvernance. Le rapport souligne que les FI n'organisent pas seulement des événements, mais doivent également assurer le développement à long terme de leur sport en investissant dans la jeunesse, l'éducation, la lutte contre le dopage et d'autres activités sociales.

L'étude relève que les FI doivent faire preuve d'un niveau de gouvernance exemplaire afin de conserver la confiance des médias, des gouvernements, des entreprises et du grand public tout en protégeant l'intégrité de leurs sports respectifs. Elle note par ailleurs que les FI devront adopter un état d'esprit plus proactif et créatif, une approche plus commerciale et collaborative, en réévaluant leur rôle et leurs stratégies en faveur d'un partenariat accru avec le secteur privé.

Afin d'attirer de nouveaux adeptes et consommateurs dans leurs sports, il est noté que les FI doivent adapter leurs stratégies à une société en mutation et à la manière dont, à l'avenir, le public découvrira et consommera les contenus liés aux sports. Les FI doivent s'adapter pour rester largement acceptées comme étant les seuls et uniques organes réellement capables de régir et d'administrer leurs sports à l'échelon mondial, en tant que dépositaires des règles y afférentes et responsables notamment de la formation des juges, de la gestion du calendrier des compétitions, ainsi que de la coordination et du financement des initiatives de développement sur le plan international.

Le Sommet a accueilli favorablement le compte rendu de cette étude et encouragé les FI à mettre en œuvre les recommandations qui y sont incluses.

E-sport et jeux vidéo

Le président du groupe de liaison sur l'e-sport et les jeux vidéo, David Lappartient, président de l'UCI, a présenté un rapport au Sommet sur les recommandations visant à promouvoir les sports olympiques et les valeurs olympiques dans l'e-sport et les jeux vidéo.

Les participants au Sommet ont convenu d'une approche à deux vitesses :

S'agissant des jeux électroniques simulant des sports, ils y voient un grand potentiel en termes de coopération et d'intégration dans le mouvement sportif. De nombreuses simulations sportives deviennent de plus en plus physiques grâce à la réalité virtuelle et augmentée qui permet d'imiter les sports traditionnels.

Les FI sont encouragées à examiner comment gouverner les formes électroniques et virtuelles de leurs sports et à étudier les possibilités offertes avec les éditeurs de jeux.

S'agissant des autres jeux électroniques, le Sommet a conclu qu'à ce stade, le Mouvement sportif devrait se focaliser sur les joueurs plutôt que sur des jeux spécifiques. Cet accent mis sur les personnes devrait promouvoir la pratique du sport et les bienfaits de celle-ci, ainsi que des modes de vie sains à tous les niveaux, notamment un modèle de gestion de la santé, tant physique que mentale, pour les compétiteurs d'élite de ces sports électroniques.

Il faudrait encourager un dialogue permanent entre le Mouvement olympique et la communauté de l'e-sport et du jeu vidéo afin de développer des partenariats stratégiques, avec des plateformes et des événements le cas échéant. Les participants ont également décidé d'élaborer des directives en faveur de relations durables entre les partenaires sportifs et la communauté de l'e-sport.

Bonne gouvernance

Le Sommet a pris acte d'un rapport présenté par le chief officer éthique et conformité, rapport qui est le résultat de consultations menées auprès de plusieurs présidents de commissions d'éthique d'organisations faisant partie du Mouvement olympique. Les principes suivants y sont énoncés :

S'agissant du comportement éthique des membres du CIO, il ne peut y avoir de séparation entre les cas liés au sport et les cas non liés au sport. D'un autre côté, il pourrait ne pas y avoir d'intervention d'un organe d'éthique si le comportement allégué est considéré par la commission d'éthique du CIO comme étant uniquement de nature administrative ou guidé par des motivations purement politiques.

Toute décision de la commission d'éthique du CIO à l'égard de membres du CIO aura des conséquences sur toute autre organisation sportive mentionnée dans ladite décision.

Stratégie numérique

Le Sommet a convenu que le mouvement sportif doit continuer à s'adapter au monde numérique, en particulier concernant l'organisation d'événements ainsi que la communication. L'objectif de la stratégie numérique est de permettre une organisation plus efficace et plus durable des grands événements sportifs.

La communication numérique peut créer le contact direct avec tous les amateurs de sport et les personnes intéressées ; elle apportera de grands avantages aux athlètes, aux FI, aux CNO et aux comités d'organisation des Jeux Olympiques, et offrira une nouvelle expérience aux spectateurs. Les participants au Sommet ont ainsi apprécié ce rapport intérimaire sur la stratégie numérique du CIO.

LISTE DES PARTICIPANTS

Président du CIO
Thomas BACH (président de séance)

Vice-présidents du CIO
Uğur ERDENER
Juan Antonio SAMARANCH
Zaiqing YU

Membres de la commission exécutive du CIO
Kirsty COVENTRY - présidente de la commission des athlètes du CIO
Nenad LALOVIC - président d'une Fédération internationale de sport d'été

Fédérations Internationales
Sebastian COE, président de World Athletics
Gianni INFANTINO, président de la FIFA
Julio César MAGLIONE, président de la FINA
Morinari WATANABE, président de la FIG
René FASEL, président de l'IIHF
Jan DIJKEMA, président de l'ISU

Comités Nationaux Olympiques
GOU Zhongwen, président du Comité olympique chinois (COC)
Susanne LYONS, présidente du Comité olympique et paralympique des États-Unis (USOPC)
Stanislav POZDNYAKOV, président du Comité olympique russe (ROC)

Organisations reconnues
Andrew PARSONS, président du Comité International Paralympique (IPC)
Francesco RICCI BITTI, président de l'ASOIF
Gian-Franco KASPER, président de l'AIOWF
Raffaele CHIULLI, président de l'Association mondiale des fédérations internationales de sport (GAISF)

Invités
Sir Craig REEDIE, président de l'AMA (présentation)
Yang YANG, vice-présidente de l'AMA (présentation)
Valérie FOURNEYRON, présidente de l'ACI (présentation)
David LAPPARTIENT, président de l'UCI et président du groupe de liaison sur l'e-sport et les jeux vidéo (présentation)

###

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s'engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l'équivalent de 3,4 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde.

###

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec l'équipe des relations médias du CIO au +41 21 621 60 00, email : [email protected] ou consulter notre site web : www.olympic.org

Séquences filmées de qualité professionnelle

http://iocnewsroom.com/

Vidéos

YouTube : www.youtube.com/iocmedia

Photos

Un grand choix de photos sera disponible après chaque événement. Consultez ces photos sur Flickr.

Pour toute demande de photos ou de séquences d'archives, veuillez prendre contact avec notre équipe images à l'adresse suivante : [email protected].

Réseaux sociaux

Pour des informations de dernière minute sur le CIO, retrouvez-nous sur Twitter, Facebook and YouTube.