INCa - Institut National du Cancer

03/01/2024 | Press release | Distributed by Public on 03/01/2024 03:39

Cancer colorectal : 'Le dépistage du cancer colorectal, à partir de 50 ans, c’est tous les 2 ans!', la nouvelle campagne de mobilisation de l’Institut national du cancer

Enjeu majeur de santé publique, le cancer colorectal touche chaque année en France plus de 47 000 femmes et hommes[1] et est à l'origine de 17 100 décès.

Pourtant, il existe un dépistage simple et efficace, à réaliser chez soi tous les 2 ans, qui permet de sauver des vies. Malheureusement, seulement 34,3 %[2] de la population concernée, les femmes et les hommes de 50 à 74 ans, font le test.

Dans 96 % des cas, aucune anomalie n'est détectée par ce test, ce qui permet de s'assurer qu'il n'y a rien. Dans 4 %, il permet de détecter des lésions précancéreuses avant qu'elles n'évoluent en cancer ou de détecter ce cancer à un stade précoce et de le guérir, dans ce cas, 9 fois sur 10.

Avec cette nouvelle campagne, l'Institut appelle nos concitoyens à franchir ce pas décisif et à inscrire ce dépistage dans leur routine santé à partir de 50 ans.

« Vous n'êtes pas obligé de faire votre dépistage le jour de votre anniversaire, mais dès 50 ans, faites-le tous les 2 ans et avant tout symptôme. »

Parce qu'il ne faut pas attendre que la maladie fasse parler d'elle, le dépistage du cancer colorectal s'adresse aux femmes et aux hommes de 50 à 74 ans sans symptôme ni facteur de risque autre que l'âge. Car lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, le cancer est généralement à un stade avancé et les chances de guérison largement réduites. Pour sensibiliser nos concitoyens aux bénéfices de ce dépistage, l'Institut national du cancer sera présent en télévision et sur le digital tout au long du mois de mars. Un seul objectif, faire prendre conscience de l'importance de réaliser, avant tout symptôme, ce dépistage qui sauve des vies.

Si le taux de participation atteignait l'objectif de 65 % fixé par la Stratégie décennale de lutte contre les cancers, 5 700 cancers colorectaux et 6 600 décès[3]pourraient être évités chaque année.

La campagne d'information de l'Institut national du cancer a pour objectif de mobiliser les personnes concernées afin qu'elles réalisent, tous les 2 ans, le dépistage. Sur un ton léger et dédramatisant, le film met en scène Marc, un homme jovial et en pleine forme, qui fête ses 50 ans.

Parce que Marc sait qu'il ne faut pas attendre d'avoir des symptômes, il décide de réaliser son test de dépistage le jour de sa fête d'anniversaire. Alors que ses invités s'attendent à ce qu'il souffle les bougies de son gâteau, il se lève et annonce qu'il va faire son test de dépistage ! Si la majorité de ses invités semblent interloqués, une amie annonce fièrement que son tour arrive dans 2 semaines !

Le message de fin rappelle la nécessité de faire ce dépistage avant tout signe de la maladie : « Vous n'êtes pas obligé de faire votre dépistage le jour de votre anniversaire, mais dès 50 ans, faites-le tous les 2 ans et avant tout symptôme. C'est le meilleur moyen de s'assurer qu'il n'y a rien ou de traiter un cancer colorectal précoce. Vous vous en remercierez. »

Le spot TV sera soutenu par :

  • un dispositif digital et sur les réseaux sociaux ;
  • un affichage dynamique dans les maisons de santé ;
  • un dossier de presse sonore regroupant des chroniques réalisées avec des experts de l'Institut national du cancer et des professionnels de santé, ainsi qu'un témoignage. Elles ont pour objectif de répondre aux questions fréquentes sur le cancer colorectal et son dépistage, et d'informer les auditeurs sur ses bénéfices pour leur santé. Elles sont proposées à + de 1 000 radios, web radios et sites internet en métropole et dans les territoires ultra-marins, avec des versions en langue créole. Ce programme complet sera diffusé du 11 au 29 mars 2024 sur les antennes qui le souhaitent, en métropole et en outre-mer.

Enfin, un nouvel espace digital, jefaismondepistage.e-cancer.fr, regroupe toutes les informations essentielles sur les trois dépistages organisés : cancer du sein, du col de l'utérus et colorectal, et répond aux questions les plus fréquemment posées. Au-delà de l'information, il a pour objectif de favoriser le passage à l'acte. En effet, si la population se déclare à 94 % en faveur des dépistages, le niveau de participation reste insuffisant au regard des enjeux de santé publique. L'espace dédié au dépistage du cancer colorectal intègre un accès direct à la plateforme de commande en ligne du test.

Des affiches, mettant en scène les protagonistes du film, sont mises à la disposition de l'ensemble des acteurs participant à la sensibilisation des publics concernés.

Texte de l'affiche :

C'est le moment de faire le dépistage du cancer colorectal.

Vous n'êtes pas obligé de faire votre dépistage le jour de votre anniversaire, mais, de 50 à 74 ans, faites-le tous les 2 ans et avant tout symptôme. C'est le meilleur moyen de s'assurer qu'il n'y a rien, d'éviter un cancer ou de le traiter à un stade précoce. Détecté tôt, un cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10. Vous vous en remercierez.

Pour en savoir plus et récupérer votre test de dépistage, rendez-vous sur jefaismondepistage.e-cancer.fr.

Se procurer le test de dépistage du cancer colorectal n'a jamais été aussi simple !

Chaque année en France, plus de 2,5 millions de personnes se font dépister. Dans 96 % des cas, le test ne révèle rien d'anormal, et permet de se rassurer. Pour faciliter l'accès au kit de dépistage, et s'adapter aux usages de chacun, il est possible de :

  • le commander en ligne sur jefaismondepistage.e-cancer.frpour le recevoir directement chez soi. Après avoir répondu à quelques questions, et en l'absence de risques particuliers, la commande pourra être validée ;
  • le demander à son médecin (médecin traitant, gastro-entérologue, gynécologue et médecin d'un centre d'examen de santé du régime général de l'assurance maladie) ou à son pharmacien. Après un échange sur les éventuels facteurs de risque, le professionnel de santé s'assure que le test est bien adapté à la situation de la personne avant de lui remettre le kit de dépistage.

Le dépistage du cancer colorectal en pratique

Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent la paroi interne du côlon. Il se développe à partir d'une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique, jusqu'à former une masse appelée tumeur maligne (ou cancer).

Généralement, le cancer colorectal ne donne pas de symptôme à un stade précoce. Lorsque les premiers signes se font ressentir, le cancer en est déjà à un stade plus développé. Dans ce cas, les chances de guérison sont beaucoup plus faibles. En effet, détecté à un stade précoce, le cancer colorectal se guérit dans 9cassur10; lorsqu'il est détecté à un stade avancé, les chances de survie à 5 ans ne sont que de 14,3 %[5].

Le dépistage est un moyen efficace de détecter la maladie à un stade précoce. Le test simple, rapide et efficace à réaliser chez soi s'adresse aux femmes et aux hommes de 50à 74ans, sans facteurs de risque (antécédents personnels ou familiaux de polypes ou de maladies touchant le côlon ou le rectum) ni symptôme. Dans 96 % des cas, le test ne révèle aucune anomalie. Pris en charge à 100 % par l'assurance maladie, sa réalisation consiste à prélever un échantillon de selle de manière hygiénique puis de l'adresser, par la poste, au laboratoire de biologie médicale.

Réalisé tous les 2 ans, il permet de détecter la présence de sang dans les selles, invisible à l'œil nu. Cette présence de sang n'est pas obligatoirement signe d'un cancer. Une coloscopie permettra de poser un diagnostic. S'il s'agit d'un cancer à un stade précoce, il pourra être guéri dans 90 % des cas. S'il s'agit d'une lésion précancéreuse, elle pourra être directement retirée lors de l'examen. Dans ce cas, la personne aura évité un cancer, d'où l'intérêt majeur d'effectuer ce dépistage.

Le résultat est ensuite disponible par lien adressé par SMS (3 jours ouvrés après l'envoi du test) ou par courrier (15 jours ouvrés après l'envoi du test). Le médecin, si vous l'autorisez, recevra également le résultat.

Chiffres clés

Le cancer colorectal

  • + de 47 000 femmes et hommes touchés chaque année ;
  • 17 100 décès par an ;
  • 2e cancer le plus fréquent chez les hommes et les femmes ;
  • détecté tôt, ce cancer se guérit dans 9 cas sur 10 ;
  • 71 ans : âge médian au diagnostic pour les hommes et 72 ans pour les femmes ;
  • 63 % : taux de survie nette standardisée à 5 ans.

Le dépistage du cancer colorectal

  • 34,3 % seulement de participation au dépistage organisé du cancer colorectal sur la période2021-2022[6] malgré le fait que 94% des hommes et femmes s'y déclarent favorables[7];
  • objectif de participation fixé à 65% dans la Stratégie décennale de lutte contre les cancers.

Accéder à l'ensemble des ressources disponibles :

Version print

En vidéo

Contacts presse

Responsable des relations media - Lydia DAUZET
01 41 10 14 44

Attachée de presse - Juliette URVOY
01 41 10 14 41

06 20 72 11 25 - [email protected]

Communiqué de presse : Cancer colorectal - Le dépistage dès 50 ans c'est tous les 2 ans ! - PDF 1,19 Mo

[1] Environ 26 000 hommes et 21 000 femmes (Panorama des cancers en France, édition 2023, Institut national du cancer).
[2] 34,3 % de participation sur la période 2021-2022 (Santé publique France).
[3]Évaluation médico-économique du Programme national de dépistage du cancer colorectal réalisée par l'Institut national du cancer et publiée en 2019.
[4] Le dépistage du cancer colorectal à Mayotte étant en cours de mise en place, mais pas encore effectif, il n'a pas été enregistré de chronique pour cette région
[5] Surveillance Epidemiology and End Results (SEER) 18 Stat Fact Sheets: Colon and Rectum Cancer. (2010-2016), 2020
[6] Données de Santé publique France
[7] Posts-tests BVA/INCa (campagne de communication) 2023 sur des échantillons représentatifs de la population cible 50-74 ans.