WHO - World Health Organization

06/01/2024 | Press release | Archived content

Soixante Dix Septième Assemblée mondiale de la Santé – Bulletin quotidien : 1er juin 2024

En cette journée historique, l'Assemblée mondiale de la Santé, qui réunit chaque année les 194 pays membres de l'Organisation mondiale de la Santé, a approuvé un ensemble d'amendements essentiels au Règlement sanitaire international (2005) (RSI) et s'est engagée concrètement à conclure les négociations d'un accord mondial sur les pandémies dans un délai maximum d'un an. Ces décisions déterminantes ont été prises afin qu'il existe, dans tous les pays, des systèmes complets et solides pour protéger la santé et la sécurité de toutes et tous, partout dans le monde, contre le risque d'épidémies et de pandémies.

Les deux pays ont pris ces deux décisions importantes parallèlement l'une à l'autre le dernier jour de la Soixante-Dix-Septième Assemblée mondiale de la Santé pour mettre à profit les enseignements tirés de plusieurs urgences sanitaires mondiales, notamment la pandémie de COVID-19. L'ensemble des amendements au RSI renforcera la préparation, la surveillance et la riposte au niveau mondial face aux urgences de santé publique, y compris les pandémies.

Documents correspondants

A77/A/CONF./14 Amendements au Règlement sanitaire international (2005) adoptés à la Soixante-Dix-Septième Assemblée mondiale de la Santé

Pour de plus amples informations, consulter le site Web de l'organe intergouvernemental de négociation

Points finalisés après 17 heures le vendredi 31 mai

Rapport sur la situation sanitaire observée l'année dernière dans le territoire palestinien occupé

Le 31 mai 2024, l'Assemblée mondiale de la Santé a pris note du rapport sur la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé. Le rapport exposait en détail le soutien apporté aux services de santé dans le territoire palestinien jusqu'en octobre 2023, avant l'escalade. L'Assemblée de la Santé a également approuvé une décision sur le même sujet, avec quatre amendements.

Documents correspondants

A77/18 Rapport sur la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé (du 1er janvier au 7 octobre 2023)

A77/B/CONF./1 Décision sur la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé

A77/B/CONF./3 Amendement au projet de décision sur la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé

A77/B/CONF./4 Amendement au projet de décision sur la situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé

Situation sanitaire actuelle dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est

Les États Membres ont pris note du rapport du Directeur général de l'OMS concernant les répercussions sur la santé publique de la crise dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est. Le rapport décrit la crise humanitaire sans précédent, qui se caractérise par des niveaux extrêmement élevés de mortalité et de morbidité dans la population civile, par des déplacements forcés, par la destruction d'infrastructures essentielles et par les attaques ciblant le système de santé. Il y est noté que les déplacements massifs, le surpeuplement extrême et l'accès limité des populations déplacées à l'eau, à l'assainissement et aux soins de santé augmentent considérablement le risque d'épidémies de maladies infectieuses. Il décrit l'action menée par l'OMS pour faire face à la crise, y compris la coordination de l'action sanitaire avec les partenaires et les missions à haut risque dans les hôpitaux pour évaluer les conditions, livrer des fournitures essentielles, coordonner le déploiement d'équipes médicales d'urgence et faciliter l'évacuation des patients. Le rapport appelle à un cessez-le-feu, à garantir l'accès des travailleurs et de l'aide humanitaires, et à respecter le droit international humanitaire.

Documents correspondants

A77/12 Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est

Aligner la participation de la Palestine à l'Organisation mondiale de la Santé sur sa participation à l'Organisation des Nations Unies

Le vendredi 31 mai 2024, les États Membres ont approuvé une résolution sur l'alignement de la participation de la Palestine à l'OMS sur sa participation à l'ONU. La résolution confère à la Palestine, à l'Assemblée mondiale de la Santé et aux autres réunions de l'OMS, en sa qualité d'État observateur, des droits et privilèges étendus, y compris ceux de siéger parmi les États Membres, de s'exprimer sur un plus large éventail de sujets, de soumettre des propositions et d'exercer certaines fonctions à l'Assemblée de la Santé. La Palestine conserve le statut d'observateur et, à ce titre, ne peut pas voter ou présenter sa candidature aux organes de l'OMS. C'est la première fois que l'Assemblée mondiale de la Santé considère la Palestine comme un État.

L'ONU a accordé à la Palestine le statut d'État non membre observateur en 2012 et, en mai de cette année, l'Assemblée générale des Nations Unies a conféré à la Palestine des droits étendus en tant qu'État observateur (voir la résolution A/RES/ES-10/23 de l'Assemblée générale des Nations Unies).

Documents correspondants

A77/B/CONF./2 Aligner la participation de la Palestine à l'Organisation mondiale de la Santé sur sa participation à l'Organisation des Nations Unies

Renforcement de la préparation et de la riposte aux urgences sanitaires dans les villes et les zones urbaines

Les villes sont particulièrement vulnérables aux urgences sanitaires et doivent être mieux préparées aux épidémies. Dans ce contexte, l'Assemblée mondiale de la Santé a pris note de la résolution sur le renforcement de la préparation et de la riposte aux urgences sanitaires dans les villes et les zones urbaines. Cette dans résolution, les États Membres sont instamment invités à maintenir leur engagement politique et à renforcer les approches multisectorielles suivies dans les politiques nationales de préparation et de riposte aux urgences sanitaires, en élaborant, en consolidant et en appliquant des plans d'urgence sanitaire complets qui prévoient des exercices de simulation réguliers et des examens approfondis a posteriori, effectués selon une approche multisectorielle. De plus, dans la résolution, l'OMS est priée de fournir un appui technique aux États Membres.

Documents correspondants

WHA75.7 Renforcement de la préparation et de la riposte aux urgences sanitaires dans les villes et les zones urbaines

Lien connexe

Renforcer la préparation aux situations d'urgence sanitaire dans les villes et les milieux urbains : orientations à l'intention des autorités nationales et locales

Table ronde stratégique sur les changements climatiques et la santé

Une table ronde stratégique réunissant des personnalités de premier plan et des experts dans le domaine de la santé mondiale a été organisée afin d'aborder les liens critiques entre changements climatiques et santé. Au cours des débats, les participants, en se fondant sur les nouveaux objectifs stratégiques de l'OMS, ont mis en exergue les réalisations et les défis futurs en matière de santé mondiale et ont signalé la résolution historique sur la santé et les changements climatiques approuvée au cours de la semaine par l'Assemblée de la Santé. Cet événement, organisé dans le cadre de l'Assemblée mondiale de la Santé en prévision de la COP29, visait à renforcer la dynamique et à façonner l'architecture mondiale de la santé pour faire face aux changements climatiques. Les principaux intervenants ont souligné l'urgence de la question et la nécessité de mener une action concertée pour atténuer les effets des changements climatiques sur la santé et promouvoir des politiques favorables à la santé dans d'autres secteurs.

Richard Horton, rédacteur en chef de la revue The Lancet, a ouvert la table ronde en soulignant que la crise climatique exigeait d'agir d'urgence.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS, a souligné que l'Organisation portait désormais ses efforts sur l'action climatique en faveur de la santé.

L'ancien vice-président des États-Unis d'Amérique, Al Gore, a prononcé une allocution liminaire en vidéo et le Dr Teymur Musayev, Ministre de la santé de la République d'Azerbaïdjan, a souligné la collaboration et la coordination exemplaires entre les Ministres de la santé et de l'environnement et a présenté la vision de la santé qu'il proposera lors de la COP 29.

Le Dr Atonio Lalabalavu (République des Fidji) a abordé la question des changements climatiques et de la justice sanitaire dans les petits États insulaires en développement (PEID), tandis qu'Adnan Z. Amin, directeur général de la COP 28, a souligné les résultats historiques obtenus en matière de santé.

Les participants ont débattu en vue de définir des initiatives réalisables et de renforcer la coordination mondiale.

La Dre Filomena Gonçalves, Ministre de la santé de la République de Cabo Verde, a défendu la justice climatique et l'équité en matière de santé. La Professeure Celeste Saulo, Secrétaire générale de l'Organisation météorologique mondiale, a souligné le rôle essentiel des services climatologiques dans l'amélioration des résultats en matière de santé publique.

Dans la perspective de la COP 29, qui se tiendra en Azerbaïdjan, et de la COP 30, qui aura lieu au Brésil, les participants ont discuté de stratégies pour faire avancer l'action sanitaire mondiale face aux défis climatiques. Des représentants de diverses entités, notamment d'organisations de la jeunesse, d'ONG et d'organisations internationales, ont souligné qu'il fallait assurer un financement suffisant et déployer des efforts coordonnés pour aborder les liens complexes entre climat et santé. Au cours des débats, les participants ont mis en exergue les réalisations et les défis futurs en matière de santé mondiale, en se fondant sur les nouveaux objectifs stratégiques de l'OMS.